Actualités

Annonce du siècle : La FRANCE autorise le Cannabis Thérapeutique

Il s’agissait d’un matin comme les autres en France, certes la journée s’annonçait chaude avec des températures allants de 25 à 38 degrés sur l’hexagone, mais aucun d’entre nous n’aurait supposé que les bouffées de chaleurs proviendraient en réalité du Gouvernement Français et non pas du soleil.

Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, asseyez-vous bien … Le Cannabis Thérapeutique vient d’être autorisé en France !

Nous sommes le 11 Juillet 2019 et la France vient de tourner le dos à plus de 60 ans de prohibition, de répression et de déni par rapport au Cannabis et au Chanvre. C’est un jour historique qui restera dans les annales de l’histoire de France et je vous le dis cette décision va impacter la totalité des pays de l’Europe dans les 10 prochaines années.

Que s’est-il passé ?

Maintenant que la température commence à retomber, nous pouvons regarder tout cela à tête reposée et constater que le processus de régulation du cannabis médical est en réalité en cours depuis 2018. Il s’agit en fait d’un processus qui a débuté depuis quelque temps au cours duquel un groupe d’expert a été missionné pour évaluer la possibilité de mise à disposition du Cannabis à usage médical en France. Nous n’avons pas plus de détail sur leur mission principale (leur étude s’intéressait-elle uniquement au cannabis médical ? Abordait-elle le thème du Cannabidiol ? ou celui du Cannabis récréatif ?) mais en revanche leurs conclusions sont très positives car elles recommandent un test à grande échelle en France !

Les experts recommandent (comme nous le faisons chez Naturicious) les méthodes d’assimilation sub-linguale avec de l’huile, en comprimés ou en vape, par contre ils déconseillent fortement d’utiliser des fleurs de cannabis destinées à être fumées.

Les experts ne voyant donc pas d’inconvénients à aller plus loin, ce fût au tour de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) d’entrer en jeux ce Jeudi 11 Juillet 2019.

La désicision de l’ANSM

L’ANSM suit donc les conclusions du groupe d’expert en annonçant la mise en place d’un test à l’échelle nationale afin d’analyser les potentiels bienfaits du cannabis sur un grand nombre d’individus. Lorsque l’on dit un grand nombre de personnes, ce n’est pas exacte car les patients qui « auront le droits » à ce genre de traitements resteront une minorité mais il seront tout de même assez nombreux pour en tirer des conclusions. Ces personnes là ne sont pas des cobayes de laboratoire, mais des individus en impasse médicale qui ont besoins de se tourner vers de nouveaux traitements, une partie de ses individus pourront, espérons-le, trouver de réels bénéfices à l’usage du cannabis… cette expérience nous le dira tôt au tard.

Du cannabis médical pour quels cas ?

Bien évidement votre petit bobo ne vous permettra pas d’acheter légalement du cannabis médical et ce traitement expérimental sera réservé aux personnes souffrants d’épilepsie, de lésions nerveuses,  d’effets secondaires à l’exposition aux radiations lors d’une chimiothérapie, pour la sclérose en plaques ou d’autres pathologies du système nerveux central.

En revanche nous n’avons aujourd’hui pas la moindre idée du type de médicament à base de chanvre qui va être proposé au patient, s’agit t’il du Sativex, de l’Epidiolex, d’un autre médicaments ? les informations n’ont pas fuitées. Dans tous les cas nous pouvons dors et déjà en conclure qu’il s’agira d’un mélange de THC et de CBD, puisque le CBD seul est autorisé depuis longtemps en France et aucune annonce publique n’était ainsi nécessaire.

Ne vous emballez pas …

Comme je vous le dit plus haut votre mal de tête ne sera pas une excuse valable pour acquérir du Cannabis, nous parlons là uniquement de cannabis pour des traitements médicaux à destination de personnes en grande souffrance et n’ayant pas d’autre solutions pour apaiser leurs souffrances. L’étude se prolongera jusqu’en 2020 et seul un certain nombre de professionnels de la santé seront abilités à prescrire du cannabis pour des cas bien précis, ces médecins généralistes ou spécialistes seront formés en ligne sur une plateforme d’e-e-learning.

Une question qui ne faisait presque plus débât en 2019

Le 28 Mai, les sénateurs se sont réunis pour débattre au sujet de l’autorisation du cannabis à visée médicale sur le territoire Français. Si les avis divergent quelque peu, la cause a trouvé un fervent défenseur en la personne d’Esther Benbassa membre de l’EELV : le parti écologiste. Comme argument principal, cette dernière a tenu à souligner que la France accuse un retard considérable et se prive d’alternatives qui pourraient profiter à près de 300 000 à 1 million de patients en France. En effet, en comparaison aux pays voisins, l’hexagone a longtemps été contre le cannabis pour quelque raison que ce soit, alors que 21 pays en Europe ont déjà emprunté cette voie pour légaliser le cannabis thérapeutique. 

L’hypocrisie à l’encontre du cannabis pointée du doigt

Durant le débat, Laurence Cohen : le représentant du CRCE dénonce une hypocrisie fondée sur le cliché qui classe le cannabis comme étant un produit hallucinogène. Or, une différence notable existe entre le cannabis thérapeutique et le cannabis récréatif. Le premier cité contient moins de 0,2% de THC (le composant psychoactif du cannabis). L’usage du cannabis à visée médicale consiste à concevoir des médicaments à base de cannabidiol : une autre molécule présente dans le cannabis. Ce cannabinoïde possède des vertus thérapeutiques multiples qui pourraient guérir certaines maladies liées au système nerveux central ainsi que certaines formes d’épilepsie.  

D’autre part, Laurence Rossignol membre du parti socialiste a également évoqué une anecdote relatant que deux patientes souffrant de douleurs causées par un cancer et par les effets secondaires d’une chimiothérapie. Elles auraient demandé à leurs enfants de s’approvisionner en cannabis, n’ayant trouvé que cette alternative pour se soulager. Pourtant, aux yeux de la loi, ces deux mères de famille sont donc considérées comme des délinquantes et sont susceptibles d’être accusées pour consommation de produits hallucinogènes. Outre les propriétés médicales du cannabidiol citées ci-dessus, des études réalisées par l’ANSM ont effectivement confirmé un usage du cannabis thérapeutique pour un support oncologique.

Un vote favorable quasi unanime

Si le parti écologiste ainsi que la gauche ont déjà prononcé leurs avis en faveur de la mise en place d’une expérimentation du cannabis thérapeutique, ils ont également été rejoints par le centre en la personne de Jocelyne Guide et Daniel Chasseing.  Bien évidemment, tous émettent une réserve quant à la réglementation à appliquer à cet effet. Bien que les Sénateurs ayant participé à cette réunion soient ouverts à l’idée d’offrir un traitement efficace aux patients qui pourraient en bénéficier, un crainte persiste tout de même : celle des propriétés du cannabis récréatif. En somme, l’enjeu de l’autorisation de l’expérimentation prévue par l’ANSM est de légaliser l’usage du cannabis à visée thérapeutique tout en restant strict quant à la circulation du cannabis à forte teneur en THC sur le sol Français. C’est d’ailleurs cette crainte qui a poussé les quelques représentants de la Droite à voter contre le projet de loi. Pour clôturer le débat, le Secrétaire d’Etat auprès de la Ministre des Solidarités et de la Santé confirme la mise en place prochaine de cette expérimentation sous réserve d’un agissement du gouvernement allant dans ce sens.

Nous sommes très impatient de découvrir le résultat de ces recherches Francaises car cela nous permettra d’en apprendre bien plus encore sur le CBD, car il faut l’avouer la recherche Francaise en matière de cannabidiol et de tetrahydrocannabinol est plus que limitée, cela n’est pas dûe au hasard mais simplement à 60 années de dénis scientifiques qu’il va falloir maintenant rattraper.

Quoi qu’il en soit chez Naturicious nous saluons cette initiative et apprécions le faite que la France soit la tête de prou de la régulation du Cannabis thérapeutique en Europe, Bravo !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *